jeudi 3 janvier 2019

Qu'avons-nous dans notre panier du mercredi 2 janvier 2019 ?

Hier soir, au menu :
- mâche
- pommes de terre
- carottes fraichement sorties de terre
- poireaux
- radis noir
- un potimarron vert d'Hokkaido
- du tatsoi, un chou venu d'Asie

Voici quelques liens vers des recettes pour ces légumes originaux, encore inconnus de nos assiettes.
Je compte sur vous pour nous partager vos meilleures recettes, pour alimenter la rubrique "recettes" composées avec nos paniers si variés.

TATSOI :
Cru ou cuit, il se plie à toutes vos envies :
https://locavor.fr/produit/51219-chou-tat-soi-bio
Poulet balinais au chou chine :
http://cuisinemetisse.canalblog.com/archives/2006/08/23/2521650.html

POTIMARRON VERT D'HOKKAIDO :
Que faire avec ses graines, comment le cuisiner :
http://recettes-biogourmandes-anne-so.com/article-le-potimarron-98766473.html

N'hésitez pas à envoyer vos recettes, qui apparaitront rapidement sur le blog pour troubler nos papilles !

mercredi 14 novembre 2018

La gazette du mois de septembre-octobre 2018






« LES PETITS POTS (D’) THYM DE CRAVENT »
Et si nos légumes nous racontaient leur vie !

« C’est pour apprendre … » 


 Et ce mois-ci, encore pour comprendre ….
Comprendre l’impact de la sécheresse qui a suivi les précipitations excessives sur les cultures et sur le sol ! 
Et oui, on pourrait penser qu’une bonne douche suivie d’un coup de séchoir respecte l’ordre des choses mais que nenni...
L’été a été très sec à Cravent et encore plus dans les Ardennes et nos légumes ont besoin d’eau pour 
grandir ! 
On peut penser que cette situation de sécheresse est un effet probable du dérèglement climatique par sa grande amplitude et rappelle celle vécue en 1976 dans l’Est de la France. 
Nous avons eu chaud (c’est le cas de le dire …) car sans le forage et l’apport d’eau, nous n’aurions rien eu à nous mettre sous les dents !
Sans forage, pas d’eau, pas de légumes, nada !  
Et nous aurions attendu, après un jeûne forcé, qu’arrivent les curcubitacées (pas facile à dire, famille des courges !), les solanacées (vous avez deviné ? famille des pommes de terre !) et quelques apiacées (bravo si vous savez, famille des carottes !). 
Vous l’avez compris, l’eau est indispensable à la vie, un bien précieux à préserver !
Si l’excès de pluies entraîne l’apparition de maladies, la sécheresse attire les insectes… On n’est jamais tranquille 
Il faut donc sortir le plan « hors sec » et lutter contre les insectes ravageurs. Ils sont légions : la teigne du poireau, la mouche de la carotte, la piéride du chou et la noctuelle défiolatrice (papillon qui se transforme en chenille ravageuse, fallait le savoir !) des légumes feuilles et ils ont d’autres copains …. 
A Cravent, pour protéger les cultures, des filets en maille de différentes tailles sont utilisés avec beaucoup d’efficacité mais cela nécessite du temps de pose et de dépose à chaque désherbage. Et le temps, y’en a jamais assez 😊
Cette méthode choisie par Richard permet de préserver la biodiversité à l’inverse des produits biocidiques utilisés par les grandes exploitations en agriculture biologique, qui évitent les résidus dans la plante et préservent l’eau de la pollution, mais tuent la flaune auxiliaire ...
Et bien, être maraîcher aujourd’hui, c’est un sacré tour de passe passe… entre l’équilibriste et le magicien !!  

« C’est de saison … »


Les pluies abondantes avaient retardé les semis pour l’automne et l’hiver, surtout les carottes et les choux avec pour conséquence un décalage entre la production et l’évènement climatique en cause.
On se souvient que 50 tonnes de compost ont été nécessaire pour pallier le lessivage des sols !
Y’a d’la joie mais du retard ! 
En même temps, la chaleur a permis de limiter les effets du retard pris… enfin une bonne nouvelle ! 

Les carottes semées avec un mois et demi de retard seront moins nombreuses, plus tardives mais de qualité. Il va falloir les savourer !
La quantité des courges (ou… ça commence par un « C » !) récoltées mi-septembre a été importante avec peut-être une présence de sucre plus élevée à cause du climat chaud et sec de l’été… un risque de pourrissure à maîtriser en fin de conservation pour les mois de février et mars selon les variétés…
Du retard pour les raves : céleri rave, radis, betteraves, panais, navets … 
Vous l’avez compris, va falloir être patient 😊



« C’est nouveau … »


Une nouvelle arrivée à Cravent : un engin enfouisseur de pierres ! Il a déjà enfoui des pierres sur une parcelle de presque 4000 m2 avec un amendement de 50% de compost. C’est prêt pour l’année prochaine !
Cela permet de maintenir le sol avec sa structure mais de faciliter le travail en surface. 
Un nouveau « vieux » (c’est possible !) tracteur est  arrivé pour passer sous les serres ! 


                                                                                        
                                                                                        « C’est à suivre … »


Sniff … Yu est partie vers de nouvelles aventures après 5 mois passés à Cravent. Elle s’est occupée toute seule de la production des tomates… celles qu’on attend tout l’hiver, que tout le monde nous envie, qui nous régalent les papilles ! BON VENT ET MERCI !
Ayano est venue pendant 3 semaines, Myrtille a trouvé un emploi et ne vient plus, et Théo est là depuis début septembre pour 3 mois. 
La recherche continue ! 
Dans les travaux à faire, il reste à changer une bâche d’une des serres et réparer celles abimées par la tempête. 





« Les coups de main … »



Encore et toujours bienvenus et nécessaires ! 
Ils ont été nombreux en juin et juillet ! C’est chouette, merci !
Et même en hiver, avec un bonnet, une écharpe et des gants, c’est  possible ! SI, SI !!





Le dicton du mois : Si octobre est chaud, en février, la glace est au carreau !
Au mois prochain !

lundi 20 août 2018



Récoltes à Amagne - fin juillet 2018


Deux filles d'amapienne pendant quatre jours dans le navire d'Amagne. 


Très chaleureusement accueillies chez les Capitaine, arrivées un mardi soir en fourgon, Richard teste en passant à Rethel -fête de sainte Anne- nos aptitudes de chasseur à plomb, dans l'euphorie des néons. Sachant chasser sans son chien, Richard nous rend vainqueur une deuxième fois, d'un ballon bleu ! 

Après cette belle entrée en matière, nous passons du plastique à la terre, en commençant par les oignons. Nous sommes 4 à récolter (Richard, Julien qui finissait ses trois mois de travail à Cravent, ainsi que nous 2).

Bien que peu fans des grosses chaleurs, nous découpons les fanes d'oignons, puis c'est au tour des échalottes de se faire coiffer. Avec quelques mirabelles/prunes fraîches en bouche, nous finissons la journée, accueillies par les fabuleuses gaufres de Monique.

Les deux jours suivants sont aux pommes de terre. Acheminés en remorque, les ouvriers sont plus nombreux et plus locaux. Après une matinée bien remplie en blocs de terre, un festin nous attend, concocté par Monique, accompagné d'un petit cours de jargon ardennais dont voici un échantillon : une cliche, les doillettes, trou de boudine ou encore cutcut. Leurs traductions ne vous seront disponibles qu'en se rendant à Amagne même, accompagnées des récits de souvenirs d'enfance de Max, qui ne manquent pas !

Le deuxième jour, le soleil ne nous donne pas de coup de main : quelques coups de chaleur pour certains, et un terrain plutôt sec. Mais la récolte est agréable en travaillant à plusieurs et en musique, les mains dans la terre et la tête dans les nuages, bien qu'il n'y en ait pas tellement, ramasser les pommes de terre s'allie bien aux rêvasseries. 

Les nombreux plats qui nous attendent ensuite sont savourés, faits de légumes, fruits et viande on ne peut plus local. Avec la joie de découvrir une purée de pommes de terre, tant rêvée à chaque pomme de terre ramassée...

Au plaisir de remettre à dispositions nos services, que ce soit à Cravent ou à Amagne. Encore merci pour ce court séjour. 


Joséphine et Louise